OLYMPUS DIGITAL CAMERA

SEISME DU 13 NOVEMBRE :

 

                                                     LE REVELATEUR …

                                 Marine Le Pen, voix du Front National, disait vrai !

Depuis des mois, des années, l’intelligentsia française post-soixante huitarde, Parti Socialiste en tête, vilipende le Front National.

Outragée, stigmatisée, ostracisée par toutes les chapelles de la « bien-pensance » parisienne, Marine Le Pen essuie depuis longtemps les foudres de tous ceux que le discours de vérité dérange :

L’ouverture à tous les vents de nos frontières, l’abandon de nos souverainetés à une Europe fantoche, la montée planétaire d’un islamisme radical, la sous estimation du risque terroriste, les dangers extrêmes du communautarisme…

Et puis il y a eu le 13 novembre !!

Alors, des innocents sont tombés. La France s’est abîmée dans le sang poisseux de la cruelle vérité ! Celle de la guerre.

Beaucoup de Français dessillaient les yeux. Et les moralistes d’avant baissaient soudain le regard… Devenaient taiseux. La honte peut-être ?

Silence assourdissant du tribunal des « artistes », si clairvoyants, qui brandissaient, quelques semaines plus tôt, des pétitions pour l’afflux des migrants dans les rangs desquels allaient se fondre des tueurs de Paris.

 

Silence gêné d’une assemblée politique de gauche qui applaudissait pourtant à tout rompre, il y a peu, aux coups de menton haineux d’un premier ministre à l’endroit du Front National, c’est-à-dire à l’encontre de millions de Français patriotes.

 

Silence méprisant des  européistes doctrinaires  qui, de leurs villas cossues de Bruxelles, dans la logique de religieux évangélisant des peuplades barbares, somment depuis des décennies le « Peuple européen » de taire ses craintes, et de boire de force la potion « Europe » au nom du sacro-saint progrès…

 

Alors, le Président de la République Française, socialiste de son état, toute honte bue, dégaina des mesures pour tenter de rassurer les Français.

Les principales (dont un sondage montra que plus de 80% des Français les approuvaient), étaient puisées directement dans le programme du Front National.

En équilibriste cynique, le chef de l’Etat tournait habilement le dos, d’un air qui se voulait martial, à tous les désastres que lui et ses amis avaient engendrés, et infligés aux Français, par leur idéologie mortifère.

Mais aucun mea culpa ! Rien ! Circulez ! Il n’y a rien à voir…

Lorsque depuis longtemps, Marine Le Pen martelait qu’il fallait (entre autres) appliquer d’urgence ces mesures, c’était, selon le gouvernement en place et ses sbires, un discours « fascisant » !!

Lorsque aujourd’hui ce même exécutif, devant l’évidence des évènements, se résout enfin à les appliquer, même mal, par magie elles deviennent subitement vertueuses…

 

C’est un hommage du vice à la vertu. Mais cette amnésie opportuniste sonne comme une immense malhonnêteté intellectuelle. Et les Français ne sont pas dupes ! Le moment venu, fatigués de pleurer leurs morts et de payer la note, ils apporteront la facture dans les urnes.

S’essayant parangon de vertu, ce pouvoir se drape trop tard, après avoir tant craché dessus, dans les couleurs d’un drapeau qui sera son linceul.