fn-loiret

LE CONSEIL DEPARTEMENTAL ORGANISE UNE DEGUSTATION DE DECONFITURE SOCIALE

Ce jeudi 15 décembre 2016, les agents du Conseil départemental du Loiret étaient en grève, afin de manifester leur mécontentement à l’égard du Président LR Hugues SAURY.[1]

 

Le motif : ce dernier souhaite revenir sur un accord établissant leur temps de travail à 34,25 heures au lieu de 35 heures. Cette remise en question conduirait à les faire travailler 5 jours de plus par an, mais sans l’ajustement concomitant de leur rémunération.

 

C’est une affaire de principe et de respect !

 

La question n’est pas tant  de savoir s’ils doivent travailler plus ou moins, que de leur permettre une juste renégociation du salaire pour lequel ils s’étaient engagés à travailler. Le manque de dialogue social est donc bien une pratique en vigueur pour les exécutifs Républicains.

 

Marine LE PEN s’est positionnée plusieurs fois sur ce sujet. La limitation du temps de travail ne doit pas devenir un frein pour l’économie ; seulement, l’augmentation de sa durée doit nécessairement être négociée et s’accompagner d’une revalorisation salariale.

 

Hugues SAURY commence donc à faire ce que M. FILLION ou même M. MACRON proposent de faire à plus grande échelle pour l’ensemble des travailleurs français.

 

Le FRONT NATIONAL DU LOIRET apporte son soutien aux agents grévistes et les encourage à défendre leurs légitimes acquis.

Buereau FN45

 

[1] http://www.larep.fr/orleans/social/2016/12/13/mouvement-de-greve-parmi-les-agents-du-conseil-departemental-jeudi_12206328.html

fn-loiret

TRIBUNAUX : MACHINES A FABRIQUER DES DELINQUANTS

 

La République du Centre titrait récemment : « Un homme de 27 ans condamné pour la vingt-deuxième fois ». Bon gré mal gré, les faits relatés dans cet article résument bien la difficulté dans laquelle se trouve notre justice en 2016.

 

Le Loirétain en question, consommateur de cannabis averti, a été condamné pour ces faits de façon illusoire plusieurs fois. Pareillement, à treize reprises pour des vols. Il comparaissait de nouveau pour 17 cambriolages et 3 tentatives, avouant lui-même qu’il devait être entendu pour une dizaine d’autres faits similaires. Il écopera finalement et simplement de deux ans de prison ferme et son complice de six mois avec sursis.

 

Notez tout de même, que l’article 311-3 du code pénal réprime le vol simple (sans circonstances aggravantes, ni prise en compte des récidives) de trois ans d’emprisonnement et 45000 € d’amende.

 

Sans remettre en cause le principe d’individualisation de la peine – qui permet de tenir compte de la personnalité et de l’environnement de l’individu – ni la souveraine appréciation du juge, on ne peut que constater la disproportion de la sanction au regard des faits reprochés.

 

Le manque de moyens de la Justice, le faible nombre de magistrats, et la lenteur qui accompagne les procédures entrainent la mise en œuvre de sanctions inexistantes, sinon inappropriées ou tardives.

 

Les clémences successives et la non-exécution des peines en début de parcours du délinquant renforcent en lui un sentiment d’impunité et son attitude néfaste pour la société.

 

Les magistrats ont du mal à faire leur travail, les surveillants pénitentiaires essaient tant bien que mal de contenir une situation explosive dans nos prisons, les policiers sont dépités de voir tout leur travail, d’ailleurs sans cesse plus contraignant, réduit en miette. Et les français victimes, sont une nouvelle fois victime d’un Etat qui ne les protège pas.

 

Augmentation du budget, augmentation du nombre de magistrats, création de places de prison, indépendance de l’ensemble de la magistrature, application stricte des peines prononcées, simplification du travail de police judiciaire, suivi approfondi et sanction appropriée des primo-délinquants, expulsion des délinquants étrangers, sont autant de propositions du FRONT NATIONAL pour tirer un trait sur les politiques publiques précédentes et permettre de renforcer notre Justice et la sécurité des français.

 

VOTEZ FRONT NATIONAL, VOTEZ MARINE !!

Bureau FN45